Comment lacer ses chaussures ?


Voilà le programme :

Voilà une question qui revient souvent, avec en sous entendu : Comment faire pour que le lacet ne se défasse pas ? Comment faire pour ne pas avoir mal aux pieds ? Combien y a-t-il de façons différentes de lacer ses chaussures ? ...
Heureusement pour nous, le professeur Burkhard Polster, de l'université de Monash (Etat de Victoria, sud-est de l'Australie) s'est penché sur la question. Il a recensé 43.200 façons de nouer ses lacets de façon efficace sur des chaussures ayant deux rangées de six oeillets. La plupart de ces possibilités de laçage étant inesthétiques.
Merci monsieur Polster !
J'ai ainsi appris que je nouais mes chaussures avec la technique du zig-zag américain. Mais que la technique la plus efficace de laçage et la plus économe en longueur de lacet est le "noeud papillon". Passionnant, non ?

Les principaux laçages de chaussures



Tout d'abord choisir une chaussure d'une pointure un peu supérieure à son pied.
Ensuite au moment de se chausser poser son pied légèrement en hauteur, en appui sur le talon... sur une borne, un banc, etc... afin qu'il soit au contact de l'arrière de la chaussure.
Serrer très modérément sur l'avant du pied les lacets, et plus fortement sur le haut et au niveau du noeud.
Le but de la manoeuvre est de permettre au pied d'avoir une certaine liberté de mouvement au niveau de l'avant.
Cela lui permet de s'allonger, mais aussi d'être dans une certaine mesure libre de bouger un peu en latéral.
Le serrage plus énergique au niveau du haut du pied permet, par contre, à la chaussure de rester solidaire du pied et de ne pas trop engendrer de frottement au niveau du talon, là où se forment généralement les ampoules.
Il s'agit d'un serrage différentiel adapté aux mouvements du pied dans la chaussure.
Sur les chaussures de randonnée, il y a, au niveau du coup de pied, des stop-lacets. Ils sont à la limite entre les oeillets et les passants du haut de la chaussure. Ils permettent de faire ce laçage différentiel. Pour cela il faut les utiliser à l'envers des passants ordinaires. C'est à dire en amenant le lacet du haut vers le bas afin de bloquer le laçage lâche de l'avant du pied.
Sur les chaussures de courses, certains conseillent de faire un noeud à l'endroit du changement de serrage du pied pour garder cette différenciation.



Le problème restant est de garder son lacet nouer pendant toute la durée de la sortie.
Une des solutions consiste à faire un double noeud classique avec des boucles, puis de refaire un noeud simple dessus avec les pendants du lacet. Et enfin de glisser le tout sous le laçage. Normalement cela tient très bien.
Attention, lors des sorties, en montagne principalement, à bien resserrer les lacets avant de descendre. Pour bien protéger la cheville, et que votre pied ne fasse qu'un avec la chaussure.


Enfin, je ne pouvais clore cette page sans revenir à ce cher professeur Burkhard Polster qui s'est aussi penché sur ce problème du noeud des chaussures, je vous donne sa proposition et vous laisse y réfléchir.
Un conseil pour bien comprendre ce qui est écrit lisez les lignes suivantes chaussures au pied. :
La plupart des gens nouent leurs chaussures en 2 temps : principalement, ils disposent deux demi noeuds l'un sur l'autre (par exemple, ils posent le lacet de gauche sur le lacet de droite, enroulent le lacet de gauche autour du lacet de droite et le font passer dedans, ils serrent, puis ils forment une boucle avec le lacet de droite, entourent cette boucle avec le lacet de gauche qui passe ensuite à l'intérieur de manière à former une seconde boucle). Cela produit un noeud de vache qui ne tient pas bien.
C'est en inversant l'orientation du premier demi noeud (en faisant passer le lacet de gauche sous le lacet de droite et en l'enroulant autour de lui ), que vous ferez un noeud qui tiendra beaucoup plus longtemps.
C'était clair, non ?
Retour Accueil Retour Astuces